I'M MISSY

La Maison dans Laquelle – Mariam Petrosyan

lmdl

couv69196678

 

La Maison dans Laquelle
Auteure: Mariam Petrosyan
Editions: Monsieur Toussaint Louverture
Pages: 954

 

 

Quatrième de couverture:

Dans la Maison, vous allez perdre vos repères, votre nom et votre vie d’avant. Dans la Maison, vous vous ferez des amis, vous vous ferez des ennemis. Dans la Maison, vous mènerez des combats, vous perdrez des guerres. Dans la Maison, vous connaîtrez l’amour, vous connaîtrez la peur, vous découvrirez des endroits dont vous ne soupçonniez pas l’existence, et même quand vous serez seul, ça ne sera jamais vraiment le cas. Dans la Maison, aucun mur ne peut vous arrêter, le temps ne s’écoule pas toujours comme il le devrait, et la Loi y est impitoyable. Dans la Maison, vous atteindrez vos dix-huit ans transformé à jamais et effrayé à l’idée de devoir la quitter. Ensorcelante évocation de l’adolescence, La Maison dans laquelle est un chant d’amour à cet âge ingrat et bienheureux, à ses exaltations et ses tragédies, au sentiment de frustration et de toute-puissance qui le traverse. Mariam Petrosyan a réussi à créer un univers bariolé, vivant et réaliste, pétri de cette nostalgie et de cet émerveillement que nous avons tous au fond de nous et qui fait que, parfois, nous refusons de grandir et d’affronter la brutalité du monde qu’on appelle la réalité.

 

Mon avis:

Je tiens dans un premier temps a remercier Babelio, ainsi que la Maison d’Editions Monsieur Toussaint Louverture pour leur confiance.

L’histoire se déroule dans La Grise. Une grande maison, assez délabrée, peu accueillante, que beaucoup n’aimeraient pas pénétrer. Mais ce n’est pas juste une maison, c’est un pensionnat pour enfants et adolescents handicapés. Manchot, aveugle, ne pouvant marcher… toutes formes de handicap sont présents.

J’ai été plus tôt surprise par ma lecture. Malheureusement pas dans le sens positif. Pour commencer, je ne sais pas vraiment pourquoi, mais je m’attendais à une lecture avec du paranormal, avec quelque chose d’inhabituel. Il n’en fut rien, ce qui m’a assez dérouté et déçu malheureusement.

Cette brique (pas loin de 1000 pages quand même) ne nous fournit rien de bien exaltant, ou de transcendant. Le point principal de ce roman est cette maison, auxquels viennent s’ajouter des personnages humains et réels dont aucun n’a de prénom. Tous ont hérité de surnom tel que l’Aveugle, Chérubin, Fumeur, et autres surnoms de ce style, en adéquation avec leur handicap ou trait de caractère principal.

Pendant 1000 pages, nous suivons le quotidien de ces enfants, mal encadré, bien souvent livrés à eux-mêmes par le manque d’enseignant et surveillant ou de direction digne de ce nom. Et leur quotidien se résume à la bagarre, à la drogue, aux guerres des clans, aux filles quelques fois, et à pas grand-chose d’autres. Bien sûr, nous vivons les émotions de nos adolescents, comme la colère, la peur, la jalousie, et autres sentiments.  Pourtant je n’ai pas réussi à m’accrocher à un seul personnage, ni ressentir ce qu’ils vivent au quotidien, ni même à être émue de leurs conditions. Pour vous donner un exemple, nos personnages traverses une période de deuil à un moment, et je n’ai pas eu la larme à l’œil ou même mal cœur pour eux. Pourtant je me laisse toujours envahir par les émotions au travers les livres. Là rien…

J’ai eu beaucoup de mal à venir à bout de ce livre, car pour ainsi dire, il n’y a pas vraiment d’intrigue. Nous suivons juste la vie de ces adolescents, sans avoir de grandes surprises. Et je pense que c’est vraiment pourquoi j’ai eu du mal. Peut-être que si je l’avais lu sans me faire une idée au préalable, et sans rien attendre, j’aurai plus apprécié ma lecture, mais pour le moment, je ne garde pas forcément un bon souvenir de ce roman, et je ne me vois pas le relire dans quelque temps.

Le point positif de ce livre est l’écriture de l’auteure. Elle est assez fluide et facile. Mariam Pietrosyan a une plume qui lui est propre, et qui reste assez originale.

 

En bref:

Une lecture avec laquelle j’ai eu beaucoup de mal, principalement à son manque d’intrigue. Je n’ai pas eu d’accroche avec les personnages, ni même ressentie une seule émotion. En revanche, la plume de l’auteure se doit d’être relevée car elle est originale et agréable!
petit plus également pour la couverture qui est sublime^^

Ma note: 13/20

2 Commentaires

  1. Fl3ur de lun3

    Bravo pour ton « courage » ! Lire un pavé pareil, ce n’est pas rien, alors quand en plus on n’accroche pas plus que ça…je te dis vraiment bravo !
    J’espère que ça ne va pas t’entraîner par la suite une panne de lecture…

    Répondre
    1. Missy (Auteur de l'article)

      Coucou Steph!
      Nan pas de panne lecture, ouf!! J’en ai fait plusieurs l’an dernier, donc j’aurai été au bout du bout d’en faire encore une!!

      Répondre

Répondre à Fl3ur de lun3 Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>